Réussir porc 10 octobre 2012 à 10h43 | Par D.Poilvet

Aliments à la ferme - Stockage à plat et complémentaires pour une faf simple et fonctionnelle

Au Gaec de la Lande Crespin à Bierné en Mayenne, Jérôme Lecomte limite ses coûts de fabrication d’aliment en stockant sa récolte de céréales à plat sous un hangar équipé de gaines de ventilation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
700 tonnes de blé 300 tonnes d'orge sont stockés à plat dans des hangars équipés de système de ventilation. Le stockage à plat est moins onéreux que dans des cellules, et permet une récolte rapide. Il faut cependant prévoir une reprise mécanique pour transférer les céréales vers la fabrique d’aliment.
700 tonnes de blé 300 tonnes d'orge sont stockés à plat dans des hangars équipés de système de ventilation. Le stockage à plat est moins onéreux que dans des cellules, et permet une récolte rapide. Il faut cependant prévoir une reprise mécanique pour transférer les céréales vers la fabrique d’aliment. - © dp

Un elevage de 135 truies naisseur-engraisseur en multiplication d’un cote, 267 ha de SAU et du stockage de cereales, de l’autre. Il etait logique que Jerome Lecomte, agriculteur a Bierne en Mayenne, fasse le lien entre les deux productions avec une fabrique d’aliment a la ferme. « Je voulais valoriser les cereales produites sur l’exploitation, gagner en autonomie et surtout maitriser mes couts de production », expliquait l’eleveur, lors d’une visite organisee par l’Airfaf des Pays de la Loire le 22 mai dernier. Grace a l’utilisation de batiments existants, l’investissement total realise en 2005 n’a ete que de 53 000 euros, pour un volume d’aliments de 1 000 tonnes par an. Cela lui permet de fabriquer ses aliment a un cout de seulement 15,50 euros/tonne, main-d’oeuvre comprise.

« J’ai conserve le stockage a plat du ble et de l’orge que mon pere avait mis en place avant mon installation », indique Jerome Lecomte. Rapidite du stockage a la recolte, faible cout de mise en œuvre, le stockage a plat avait ete conçu au depart pour vendre les cereales au meilleur moment de l’annee. « Il convient aussi parfaitement pour la FAF », ajoute-t-il. « Tous les 15 jours, je reprend les matieres premieres dont j’ai besoin avec un telescopique, pour les transférer dans les cellules de la fabrique". Avec ce stockage a plat, le nombre de cellules necessaires pour la FAF etait limite : 25 tonnes pour l’orge, 60 tonnes pour le ble et 45 tonnes pour le pois. Jerome Lecomte achete egalement du tourteau de soja broye, qu’il stocke dans un ancien silo de l’elevage de 20 tonnes.

Pour completer ses formules, il utilise des complementaires incorpores entre 10 et 40 %. L’aliment 1er age est achete. « Au depart, je reconstituais les aliments uniquement avec mes cereales et des complementaires. Ensuite, l’utilisation du tourteau de soja m’a fait gagner entre 7 et 8 euros par tonne d’aliment. » Pour le moment, Jerome Lecomte ne souhaite pas aller plus loin dans l’elaboration de ses formules en utilisant des CMV. « Je recherche avant tout la simplicite de fabrication. Et au travers des complementaires, je beneficie aussi du savoir faire de mon fournisseur », conclut-il.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui