Réussir porc 06 mai 2016 à 08h00 | Par Claudine Gérard

Anne-Marie Quéméner, nouvelle commissaire générale du Space

Anne-Marie Quéméner prend la direction du Space. Elle succède à Paul Kerdraon dans cette mission qui consiste à orchestrer l’événement qui marque chaque année la rentrée pour les productions animales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L'arrivée d'Anne-Marie Quéméner au Space en 1993 correspondait à un souhait du président Jean-Michel Lemétayer, afin de donner une dimension internationale au salon.
L'arrivée d'Anne-Marie Quéméner au Space en 1993 correspondait à un souhait du président Jean-Michel Lemétayer, afin de donner une dimension internationale au salon. - © C. Gérard

Elle est entrée au Space en tant que stagiaire en 1993 pour développer les relations avec la presse. Finalement, elle n’a jamais quitté cette « institution » et en devient aujourd’hui la commissaire générale, aux côtés du président Marcel Denieul. « On me demande parfois ce que nous faisons en dehors de la semaine du Space », s’amuse-t-elle avant de lister le travail qu’implique le succès d’un tel événement. Car il s’agit de mettre en musique quatre jours d’exposition, avec 1 400 exposants et 106 000 visiteurs, dont 15 000 étrangers venus de 125 pays. Cette dimension internationale dont se revendique le Space est une option prise dès 1993 par le président Jean-Michel Lemétayer, six ans après la première édition du salon. C’est en fait ce qui a justifié l’arrivée d’Anne-Marie en tant que stagiaire. Sa formation initiale est une licence en langues étrangères, suivie d’un perfectionnement en anglais et espagnol. « Lorsque j’ai compris qu’être traductrice ne m’intéressait pas en tant que tel, mais que les langues devaient être un moyen et pas une fin, j’ai poursuivi mes études avec un troisième cycle en commerce international », analyse-t-elle.

Issue de plus du milieu de l’élevage, elle avait donc le profil requis pour réaliser ce stage dont la mission était de développer les relations avec la presse professionnelle, particulièrement la presse étrangère. De CDD de plus en plus longs au cours des années jusqu’à un CDI proposé par le Space en 1997, Anne-Marie Quéméner a ainsi tissé sa toile de relations internationales et en particulier auprès de la presse. « Nous recevons maintenant environ 80 journalistes étrangers, d’Europe mais aussi d’Asie, de Russie, d’Afrique, d’Amérique du Sud… », se réjouit-elle. « C’est une composante très importante compte tenu de nos visiteurs étrangers mais aussi parce que de plus en plus, les exposants français se positionnent à l’export. »

Quatorze personnes impliquées toute l'année

Aujourd’hui, la mission d’Anne-Marie Quéméner est d’une autre dimension. « Il s’agit de mettre en musique les décisions prises par le conseil d’administration, s’assurer du bon déroulement de l’événement, et représenter le salon sur toutes les places étrangères. » En pratique, la commissaire doit gérer sept salariés à temps plein, et autant de partenaires des structures associées (chambres d’agricultures, organisateurs de concours d’animaux…), soit environ quatorze personnes impliquées toute l’année. « Chacun est un maillon d’une chaîne, avec ses missions. L’ensemble fonctionne et je pense que nous sommes reconnus pour la qualité de l’accueil qui règne au cours de ces quatre jours. La convivialité est inscrite dans l’ADN du Space. » Elle témoigne que, « même si la machine est plutôt bien rodée », il y a toujours une partie d’imprévus à régler au dernier moment. « Les semaines qui précèdent le Space, l’adrénaline monte… Puis les quatre jours passent très vite. À la fermeture des portes le vendredi soir, nous nous disons toujours " c’est déjà fini ! ". » Et l’événement s’achève par une soirée conviviale où sont invitées près de 150 personnes qui ont contribué au succès de l’édition.

Enfin, la mission de la commissaire est aussi de représenter le salon français dans le monde. Anne-Marie enchaîne une vingtaine de salons étrangers, Italie, Allemagne, Russie, Ukraine, Asie, Chine, Afrique… C’est au tour du Space de s’y exposer.

Cette année, le Space célébrera sa trentième édition. Et les projets ne semblent pas manquer. Les dirigeants entendent poursuivre le développement du salon, « capitaliser sur la marque et son rôle fédérateur au travers d’événements à imaginer, des forums à créer... Les exposants nous le demandent car ils ont confiance dans la qualité des échanges apportés par le Space ».

- © Claudine Gérard

Les Innov’Space, marque de fabrique du salon français

Créés en 1995, les trophées Innov’Space sont devenus « un label très prisé par les exposants et les visiteurs », selon Anne-Marie Quéméner. Elle juge qu’ils constituent un élément moteur pour le Space, avec des retombées essentielles auprès de la presse professionnelle. « Chaque année, nous recevons plus de 140 dossiers de candidature, preuve de l’intérêt des entreprises pour ce challenge. Les candidatures sont ensuite examinées par des jurys d’experts dans chaque catégorie. Et, globalement, le jury indépendant de l'organisation du salon décerne une cinquantaine de distinctions dotées de 1, 2 ou 3 étoiles. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui