Réussir porc 27 avril 2017 à 08h00 | Par Dominique Poivet

Au menu des JRP : santé et performances

Les 49es Journées de la recherche porcine qui se sont déroulées les 31 janvier et 1er février dernier à Paris ont démontré une fois de plus la vitalité de la recherche en France avec beaucoup de sujets qui touchent directement les producteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © C. Gérard

En lien direct avec l’actualité des filières, beaucoup de thèmes abordés dans la session santé animale vont dans le sens d’une limitation des dépenses de santé, notamment celles liées à l’antibiothérapie. La synthèse réalisée par le laboratoire IDT BIologika sur la maladie de l’œdème met en évidence l’intérêt du génotypage pour identifier avec précision les bactéries qui transmettent la maladie aux porcelets. Dans cette lutte contre l’utilisation des antibiotiques, les vaccins tiennent un rôle majeur. Un essai réalisé à la station Ifip de Romillé démontre l’intérêt d’associer deux vaccins contre le PCV2 et le SDRP, même dans des conditions sanitaires jugées bonnes. La santé des personnes travaillant dans les élevages n’est pas oubliée. La chambre d’agriculture de Bretagne s’est penchée sur le problème des poussières en suspension dans l’air, qui peuvent pénétrer jusque dans les alvéoles pulmonaires. Une problématique directement en relation avec la qualité des bâtiments, dont l’âge moyen élevé constitue une sérieuse préoccupation pour la filière. L’Ifip souligne que l’avenir incertain de beaucoup d’exploitations de petite ou moyenne taille ayant peu investi ces dernières années pourrait accélérer la baisse du cheptel porcin, et donc compromettre l’avenir de la filière. Une décroissance de la production que connaissent la plupart des pays européens. Excepté l’Espagne, tous les principaux bassins de production sont désormais confrontés aux normes environnementales et de bien-être, ainsi qu’à la défiance grandissante des consommateurs vis-à-vis des modes de production conventionnels. Des normes qui concernent tous les aspects de la production, y compris l’abreuvement des porcs, qui doit non seulement satisfaire à leurs besoins physiologiques, mais aussi contribuer à l’amélioration de leur bien-être.

- © Claudine Gérard

Pour en savoir plus

voir Réussir Porcs de mars 2017. RP n°246, p. 18 à 29.

Au sommaire :

- p. 20 - La maladie de l'œdème est présente partout en France - Santé

- p. 22 - Les particules fines dans l'air du temps - Environnement

- p. 24 - La faiblesse des investissements compromet l'avenir de la filière - Economie

- p. 28 - L'Apport d'eau via la soupe peut se révéler insuffisant - Alimentation

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui