Réussir porc 29 juin 2017 à 08h00 | Par Claudine Gérard

Avec « Accept », les filières animales abordent les controverses sur des bases scientifiques

Le projet regroupe l’ensemble des filières animales. Il vise à apporter des connaissances scientifiques sur les mobilisations de la société contre l’élevage et, à terme, proposer des recommandations pratiques aux éleveurs et à leurs partenaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christine Roguet est la coordinatrice du projet Accept au sein de l'ifip.
Christine Roguet est la coordinatrice du projet Accept au sein de l'ifip. - © DR

Accept est un projet initié en 2014 par un ensemble de représentants des filières d’élevage, instituts techniques, chambres d’agriculture, universités… (1). Son objectif est de « cartographier » les controverses sur l’élevage de façon scientifique, évaluer de façon quantitative et qualitative les regards de la société sur l’élevage et, à l’inverse, celle des éleveurs sur les attentes sociétales. Au final, l’étape ultime annoncée pour 2018 ???? est de fournir aux professionnels des filières des outils pour accompagner leurs projets et pour « une communication renouvelée vers la société ».

Initié en 2014, ce projet suit une démarche en cinq étapes :

- recenser les remises en cause de l’élevage ;

- analyser des cas concrets de cristallisation de la controverse autour de projets d’élevage ;

- évaluer la perception des élevages et des attentes de la société ;

- identifier et proposer des voies d’évolution et des recommandations ;

- diffuser les résultats, notamment au travers d’un colloque ouvert à un large public.

Christine Roguet, ingénieur Ifip, coordonne le projet porc et de nombreuses publications sont en ligne sur le site (2). Des études qui s’inscrivent dans les actions 1 et 3 ont fait l’objet de publications écrites présentées notamment au cours des dernières JRP, mais aussi des interventions auprès des éleveurs et partenaires.

Accept rassemble l'ensemble des filières d'élevage.
Accept rassemble l'ensemble des filières d'élevage. - © accept.ifip.asso.fr

La nouveauté tient au fait que l’Ifip et l’Institut de l’élevage ont aussi fait appel à des chercheurs d’autres horizons, à savoir des sociologues de l’Université de Rennes 2. Elsa Delanoue y consacre une thèse cofinancée par les deux instituts, portant sur l’analyse des controverses liées à l’élevage. « Ceci illustre le fait que nos instituts techniques des productions animales ont compris qu’ils doivent être armés en sociologie pour mieux appréhender la problématique et apporter les bonnes recommandations », apprécie Christine Roguet. La soutenance de la thèse est annoncée pour les prochains mois. Il sera alors très intéressant de connaître le résultat d’une étude faite par des spécialistes « hors du sérail » et sans aucun doute plus à même de véhiculer le ressenti des citoyens lambdas.

(1) IFIP, Institut de l’élevage, Itavi, université Rennes 2, Agrocampus ouest, Inra, chambres régionales d’agriculture de Bretagne et des Pays de la Loire, Trame, UGPVB, LEGTA du Rheu (Bretagne) et de Brioude-Bonnefont (Auvergne)

(2) accept.ifip.asso.fr

Voir aussi article Communiquons ! Le mot d'ordre de la filière porcine.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui