Réussir porc 05 février 2016 à 08h00 | Par Marc-Henry André

Cabana Argentina, une réussite de filière verticale en Argentine

Avec une maternité de 6000 truies et un nouvel atelier de découpe, Cabana Argentina est un cas réussi d’intégration verticale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Gustavo Nogues, directeur marketing de Cabaña Argentina : « L’avantage de notre intégration verticale est que notre élevage est rémunéré au meilleur prix du marché avec une garantie de paiement. Nous pouvons foncer les yeux fermés, luxe qui n’est pas donné à tous les élevages.”
Gustavo Nogues, directeur marketing de Cabaña Argentina : « L’avantage de notre intégration verticale est que notre élevage est rémunéré au meilleur prix du marché avec une garantie de paiement. Nous pouvons foncer les yeux fermés, luxe qui n’est pas donné à tous les élevages.” - © M.-H. André

Avec ses 280 employés et des installations industrielles sur 9000 m2, l’atelier de découpe de carcasses de porc de Cabaña Argentina est le plus grand et le plus moderne d’Argentine. Le sucrier Ledesma y a investi près de 20 millions d’euros. "Nos clients distributeurs attendaient impatiemment que nous réalisions cet investissement", ponctue Gustavo Nogues, directeur marketing. "Nous sommes des spécialistes du frais, étant les principaux fournisseurs de viande sous vide d’air d’une chaîne de supermarchés : épaule, rumsteck, échine, steak, lard, poitrine, côtier. À présent, nous visons le segment de distribution traditionnel des boucheries de quartier, sur lequel la concurrence est rude à cause des fournisseurs qui se rabattent sur le marché noir pour subsister", dit-il.

 

L’une des quatre salles de séchage des jambons crus.
L’une des quatre salles de séchage des jambons crus. - © M.-H. Henry

Gustavo Nogues compare les résultats financiers des deux activités de son entreprise : l’élevage et la transformation industrielle. « Le premier l’emporte haut la main, dit-il, car la découpe et la fabrication de saucisses et de jambons fait face à la concurrence déloyale des opérateurs qui fournissent les boucheries de quartier au noir. Par ailleurs, dans le cadre d’un plan de lutte contre l’inflation, le gouvernement plafonne depuis trois ans les prix de plus de 300 produits vendus en grande surface, dont le porc, ce qui freine aussi la rentabilité. L’avantage de notre intégration verticale est que notre élevage est rémunéré au meilleur prix du marché avec une garantie de paiement. Nous pouvons foncer les yeux fermés, un luxe qui n’est pas donné à tous les élevages”, dit-il.

- © M.-H. André

Avec ses 280 employés et des installations industrielles sur 9 000 m2, l’atelier de découpe de carcasses de porc de Cabaña Argentina, inauguré en 2012, est le plus grand et le plus moderne d’Argentine. Le sucrier Ledesma y a investi près de 20 millions d’euros.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui