Réussir porc 15 juin 2017 à 08h00 | Par Dominique Poivet

Communiquons ! Le mot d'ordre de la filière porcine

La vidéo diffusée par L214 nous rappelle que le monde change et qu’il faut en tenir compte dans les relations entre les éleveurs et la société.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
"La confiance se nourrit de la transparence".
"La confiance se nourrit de la transparence". - © D. Poilvet

"Pour contrer les opposants à l’élevage, la filière porc et ses éleveurs doivent communiquer auprès du grand public et répondre aux demandes des consommateurs", soulignait Christine Roguet, économiste à l’Ifip, lors de la journée organisée par des étudiants au lycée agricole La Touche à Ploërmel le 24 mars dernier, sur le thème « L’élevage, un espace d’avenir pour les jeunes». Cette journée arrivait peu de temps après la diffusion de la vidéo L214 qui a fait tant de bruit dans l’ensemble de la société française (116 000 vues sur YouTube en deux semaines). Une société dont la perception de l’élevage a profondément changé ces dernières décennies. "Le consommateur s’est déconnecté du monde rural", rappelait Jean-Marie Seronie, agro-économiste indépendant, qui intervenait lors de la journée. "Il a une image déformée de la réalité technique des productions. Pour lui, la technicité n’est plus associée au progrès, comme c’était le cas au XXe siècle." Une perte de repères que s’empressent d’exploiter les associations opposées à l’élevage dit "industriel". "Ce monde associatif et le monde agricole s’opposent. Chacun a pour objectif de rallier le public à sa cause", expliquait Christine Roguet, lors de la même journée.

Welfaristes et abolitionnistes

Parmi ces associations, se côtoient les welfaristes, partisans du bien-être animal, et les animalistes – dont fait partie L214 – qui veulent abolir la consommation de viande. "Ces deux tendances, parfois mélangées dans les actions des associations, n’ont rien de commun", prévient Jean-Marie Seronie. "Le bien-être animal peut s’imposer dans les élevages sans les remettre en cause. Sur le long terme, les éleveurs s’y retrouvent d’un point de vue économique puisqu’ils produisent ainsi ce que les consommateurs veulent manger." En revanche, élevage et animalisme, un mouvement qui inclut les « vegan », ne peuvent pas être compatibles. "Le veganisme personnifie l’animal. Il remet en cause le droit des hommes de tuer les animaux », explique Jean-Marie Seronie.

Face à ces mouvements qui représentent peu de personnes (1,5 % de végétariens en France), mais qui sont très présents dans la sphère médiatique, la profession n’a d’autre solution que de faire valoir ses valeurs. "Communiquer par des portes ouvertes, des sites internet et les réseaux sociaux, par des campagnes d’affichage, par des contre-manifestations", énumère Christine Roguet. "Ouvrir les portes de son élevage pour reconnecter les citoyens avec la réalité de la production", explique Jean-Marie Seronie. "La confiance se nourrit de la transparence".

Bien faire et le faire savoir

L’image de la profession passe aussi, selon Christine Roguet, par la nécessité pour les producteurs de répondre aux demandes des consommateurs. "Il faut bien faire et le faire savoir, au travers de chartes de bonnes pratiques ou d’engagements", martèle-t-elle. Cela passe aussi par l’amélioration des conditions d’élevage, "l’élévation du standard moyen", au travers de labels privés portés par les transformateurs ou des distributeurs, ou bien de stratégies de branche comme « Le Porc Français ». L’environnement doit désormais tenir une place importante dans cette démarche. "Si vous n’êtes pas sensibilisé à l’environnement, il ne faut pas faire le métier d’agriculteur", lance Jean-Marie Seronie, à destination des étudiants du lycée agricole qui assistaient à la journée. "Vous devrez produire plus et mieux, en utilisant moins de ressources naturelles et en ayant moins d’impact sur le milieu que l’ont fait vos aînés."

La profession est déjà au travail : stratégie de communication élaborée sur trois ans par le Comité régional porcin Bretagne, utilisation des réseaux sociaux par les éleveurs (page 18), analyse des controverses par les instituts de recherche, démarche de filière régionale en Occitanie… Une dynamique de communication vers le grand public existe déjà et ne demande qu’à être amplifiée. D’autant plus que les retours d’expérience sont généralement très positifs. "En France, les agriculteurs bénéficient d’une très bonne image. Ils doivent capitaliser sur cet atout incroyable pour faire passer leurs messages", conclut Jean-Marie Seronie.

- © DR

« Un message d’espoir et d’avenir »

La journee « Attentes societales et evolution des pratiques d’élevage » a éte organisee par quatre jeunes etudiants en BTS productions animales du lycee agricole La Touche a Ploërmel dans le cadre de leur projet PIC (Projet initiative et communication). « Nous avons eu l’idee d’organiser une conférence sur ce sujet et d’inviter des experts reconnus sur ce sujet suite aux multiples polemiques qui ont touche le milieu agricole », expliquent-ils. Face a ces remises en cause du monde agricole, comment reagir ? Et quel doit être le rôle des agriculteurs ? « Nous avons perçu cette conférence comme un message d’espoir et d’avenir. C’est un signal fort pour tous les jeunes qui veulent s’installer, de savoir qu’il est possible d’agir, de decrire simplement les réalités de notre futur métier sans chercher aconvaincre, et sans avoir le sentiment d’être obligede revenir en arrière. »

- © Claudine Gérard

Pour en savoir plus

Voir dossier Réussir Porc de mai 2017. RP n°248, p. 14 à 23.

Au sommaire :

p. 16 - Les Bretons bâtissent une stratégie de communication en trois ans.

Comité régional porcin

p. 18 - L'UGPVB invite les éleveurs à utiliser les réseaux sociaux. Une matinée "conversation autour du numérique"

p. 19 - " Adoptez de nouvelles armes digitales" . Face aux attaques des anti-viande

p. 20 - Accept aborde les controverses sur des bases scientifiques - Un projet pour l'ensemble des filières animales.

p. 22 - La sincérité au cœur de la communication occitane - Filière Midi-Pyrénées

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui