Réussir porc 26 mai 2016 à 08h00 | Par Marine Digabel

Cooperl inaugure un élevage de sélection en Chine

Le 25 mars, Cooperl inaugurait un élevage de 1500 reproducteurs avec son partenaire local Xinda, important groupe porcin chinois.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Chaque bâtiment abrite une seule lignée.
Chaque bâtiment abrite une seule lignée. - © M. Digabel

Le bâtiment neuf est sorti de terre à proximité de la ville d’Anyang, dans le Henan. Peuplé en octobre par 1000 animaux arrivés de France par avion, l’élevage est destiné à produire des animaux de race pure Large White, Landrace, Piétrain et Duroc.

Cooperl y a développé les techniques mises au point et validées en France : filtration de l’air, raclage sous caillebotis… et une salle dédiée pour chaque lignée. Une partie du chauffage sera alimentée par le gaz produit par le méthaniseur en construction. « Ce méthaniseur produira huit fois plus de gaz qu’une méthanisation classique, sans ajout de substrat. L’installation fonctionne sur le même principe que celle prévue à Lamballe, mais, bien que lancée plus tard, sera opérationnelle plus tôt », annonce Franck Porcher, directeur environnement Cooperl.

Cooperl est présent dans l’empire du Milieu depuis une quinzaine d’années via la vente de viande et de génétique. L’entreprise s’est engagée avec le groupe porcin Xinda au travers d’une coentreprise détenue à 50/50 qui vient donc d’investir dans cette unité de sélection. Quant au commerce de viande, il reste géré par une filiale 100 % Cooperl. « La Chine représente environ 10 % de nos 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires, avec une valorisation globalement intéressante, même si elle varie selon les années », résume Emmanuel Commault1. « En 15 ans, nous avons construit la marque Cooperl en Chine. L’élevage ouvert avec Xinda renforce cette image », complète Patrice Drillet, président.

Pascal Leriche, technicien bâtiment export Cooperl, répond aux questions d’une quarantaine de Chinois invités à visiter le nouvel atelier, et particulièrement intéressés par les mesures de biosécurité imposées sur le site.
Pascal Leriche, technicien bâtiment export Cooperl, répond aux questions d’une quarantaine de Chinois invités à visiter le nouvel atelier, et particulièrement intéressés par les mesures de biosécurité imposées sur le site. - © M. Digabel

Pas de concurrence avec l'activité française

Les dirigeants soulignent que l’activité de Cooperl en Chine ne vient pas concurrencer l’activité française. « Au contraire, elle offre des débouchés complémentaires. Pour sa pérennité, Cooperl doit se positionner sur les marchés pertinents pour chacune de ses activités », précise le président qui ajoute que, concernant la vente de génétique Nucléus dans le monde, « il serait illusoire de croire que nous pouvons servir le marché exclusivement depuis la France, ne serait-ce qu’en raison des coûts. De même que l’équilibre des ventes de certains produits de viande requiert d’être présent sur le marché mondial, la génétique doit aussi être envisagée à l’échelle mondiale ».

 

(1) Interrogé pour AgraPresse Hebdo, Marine Digabel, le 4 avril 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui