Réussir porc 29 novembre 2007 à 14h38 | Par Armelle Puybasset

Danemark - La filière se concentre et investit à l´étranger

Sous la pression des réglementations environnementales et de bien-être, la filière danoise qui a connu un essor remarquable tend à se stabiliser. La production se concentre et le développement se fait désormais à l´extérieur. Nombre d´éleveurs investissent dans des unités de production étrangères.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Le Danemark est, avec l´Espagne, le pays communautaire dont la production porcine s´est le plus développée au cours des quinze dernières années. Elle a cru de 63 % (1) entre 1990 et 2006 (contre 34 % en France) pour atteindre 25,6 millions de porcs en 2006. Son évolution a été régulière au cours des dernières années à l´exception de 2005 et 2006, du fait de l´application des normes de bien-être. « De nombreux élevages qui n´avaient pas la capacité de réinvestir ont disparu », a expliqué Jan Peter Van Ferneij, de l´Ifip, lors des Rencontres de l´Ifip au Space. « Mais la perte d´exploitation a été compensée par l´agrandissement des autres exploitations. Au final, le niveau de production est resté stable sur cette période. » La filière danoise est très spécialisée avec d´un côté les éleveurs naisseurs et de l´autre les engraisseurs. Le modèle naisseur-engraisseur y est bien moins courant qu´en France.
Le Danemark compte au total 8800 élevages mais ce nombre ne cesse de diminuer (- 19 % entre 2001 et 2004) tandis que la production se concentre de plus en plus. Jusqu´en 2005, les élevages comptant entre 200 et 300 truies étaient les plus courants. Désormais, le modèle dominant concerne des élevages de plus de 500 truies. « Et cette tendance va se poursuivre », estime Per Bach Laursen, producteur de porcs et président de l´Association européenne des producteurs de porcs (EPP). « Il ne serait pas surprenant que dans un avenir assez proche (2015 ?), il n´y ait plus que 1000 exploitations de 1000 truies. Le Danemark compte également quelques immenses exploitations de 3000 à 4000 truies, détenues par des « dynasties familiales ». Cependant, la pénurie de main-d´oeuvre est un facteur limitant au développement de la taille des exploitations. Elles ont donc recours à de la main-d´oeuvre étrangère, provenant notamment d´Ukraine. La filière emploie près de 2000 salariés d´origine étrangère.
Depuis le 1er janvier 2007, le producteur danois qui construit ou rénove un bâtiment est soumis à de nouvelles réglementations environnementales. ©J.-J. Biteau

Le production porcine est depuis toujours liée au sol (loi sur l´agriculture et loi harmonie, cette dernière étant l´équivalent de la directive nitrate). Pour produire, l´éleveur doit disposer d´un quota suffisant de terres agricoles pour épandre son lisier (la norme est de 1,4 unité animale par hectare, ce qui correspond à 140 kg d´azote par hectare). De même, le nombre de sites d´élevage est limité à 4 par exploitation (avec un seuil de 250 unités animales ce qui correspond à 230 truies N/E ou 1 100 truies naisseur avec vente au sevrage). Il est prévu, qu´à terme, ce lien au sol soit moins strict. « Le gouvernement a admis que les systèmes de traitement du lisier étaient efficaces pour régler le problème des nitrates. D´autre part, le lien au sol favorise tout particulièrement les exploitations qui disposent de beaucoup de terres. »
Avec une densité moyenne de 544 porcs/km2, les élevages sont assez bien répartis sur l´ensemble du territoire (partie continentale) avec néanmoins deux régions de plus forte densité (>600 porcs/km2) au centre et au nord.

Ces dernières années, le développement s´est fait là où la pression environnementale (et la densité) était moins forte. Cette tendance va être accélérée par la mise en oeuvre de nouvelles normes environnementales. Depuis le 1er janvier 2007, les éleveurs souhaitant construire ou rénover un bâtiment doivent se soumettre à une nouvelle procédure d´autorisation environnementale comportant une réglementation sur les émissions d´ammoniac, les odeurs, les nitrates et le phosphore. Du fait du problème des odeurs (notamment pour les engraissements), les distances minimales entre l´élevage et un tiers sont de plus en plus contraignantes (à moins de 440 mètres d´une habitation isolée et/ou 1100 mètres d´une zone urbaine, l´éleveur qui souhaite agrandir doit investir dans des systèmes de lavage d´air). Par ailleurs, l´opinion du voisinage pèse davantage dans les décisions d´autorisation d´exploiter.
Evolution de la répartition des élevages danois selon leur taille. ©Sources : statistiques du Danemark

Investissements à l´étranger
Depuis quelques années, les producteurs danois sont de plus en plus nombreux à investir à l´étranger. Cela a démarré en 1992 avec le rachat d´un site de production en Pologne par un groupe d´investisseurs qui a créé la société Poldanord. Le succès de cette entreprise (qui compte aujourd´hui 16 000 truies en Pologne et 6000 truies en Ukraine) a motivé d´autres éleveurs à investir à l´étranger. C´est le cas de Per Bach Laursen, qui a investi en Lettonie avec 13 autres producteurs. Pour l´instant, le site compte 2200 hectares et un élevage de 500 truies Naisseur Engraisseur (14 000 porcs charcutiers par an). Une demande d´autorisation est en cours pour agrandir le site à 2800 truies (80 000 porcs charcutiers).
Il se rend sur place tous les deux mois et supervise l´unité de production en plus de son exploitation au Danemark de 400 hectares et 550 truies avec engraissement partiel. « Près de la moitié des producteurs ont des intérêts financiers dans des unités de production étrangères », affirme Per Bach Laursen, « notamment en Pologne, en Ukraine, en Russie, dans les pays baltes. Aujourd´hui, beaucoup investissent en Bulgarie et en Roumanie. Les producteurs danois se tournent aussi vers le Royaume-Uni du fait du faible coût du foncier. Au Danemark, le coût extrêmement élevé des terres agricoles - deux fois plus qu´en France - force les jeunes éleveurs à s´expatrier même si, idéalement, ils préféreraient s´installer au pays ».
Répartition des élevages de porcs dans les provinces danoises ©Source : Ifip



(1) Estimation, source Ifip

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui