Réussir porc 19 décembre 2013 à 08h00 | Par Claudine Gérard

DOSSIER - Des solutions pour vacciner sans forcer

Les séances de vaccination sollicitent le dos et les articulations des opérateurs, qui plus est dans des conditions ambiantes souvent difficiles. Des solutions existent pour qu’elles ne soient plus qualifiées de corvée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La vaccination à deux, c’est mieux !
La vaccination à deux, c’est mieux ! - © C. Gérard

L'étude de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne(1) confirme ce que l’on savait : les tâches vécues comme les plus pénibles en élevage de porcs sont, dans l’ordre, le lavage, la vaccination, puis la castration. Des ergonomes invités par Merial à « ausculter » des séances de vaccination en témoignent : des postures à risque pour les articulations et le dos, des charges soulevées au final extrêmement importantes, le tout dans des conditions d’ambiance ajoutant à la pénibilité.
Or, chacun s’accorde sur le fait que plus une tâche est pénible, plus elle risque d’être mal réalisée. En d’autres termes, pour qu’un vaccin apporte le maximum de son efficacité, il doit être correctement administré, ce qui suppose que les conditions de vaccination soient améliorées.
C’est en grande partie la raison pour laquelle tous les laboratoires fournisseurs de vaccins s’intéressent aujourd’hui à cette problématique. La plupart proposent des solutions au travers de matériels progressivement développés avec des partenaires équipementiers ; seringue intradermique ou vaccination « avec le pied » pour MSD, système de fosses ou chariots élévateurs pour travailler debout. Mais des solutions sont aussi trouvées par les éleveurs eux-mêmes, plus ou moins contraints par des problèmes physiques personnels, avec des installations ingénieuses, « sur-mesure » et pas toujours onéreuses.

 

Des solutions d'organisation pur un meilleur travail

 

Outre les équipements, c’est la réalisation du « chantier » qui peut aussi être reconsidérée. Elanco réalise depuis plusieurs mois des audits chez les éleveurs demandeurs. L’objectif est d’observer les pratiques, puis d’accompagner l’éleveur pour trouver des solutions d’organisation contribuant à un meilleur travail, pour l’efficacité du vaccin et la santé de l’éleveur.
En tout état de cause, on constate que, lorsque cela est possible, la vaccination à deux, c’est mieux, surtout si on prend la peine régulièrement d’inverser les rôles entre celui qui attrape le porcelet et celui qui injecte le vaccin. Bref, une remise à plat de pratiques qu’on ne peut plus vivre comme une corvée obligée.


(1) Travail en élevage porcin : un facteur sous influence. Marie-Laurence Grannec, 12e journée productions porcines et avicoles, 2012.

- © C.Gérard

Pour en savoir plus

Voir dossier de Réussir Porcs de décembre 2013. RP n°210, p. 20 à 31.

 

Au sommaire :

p. 22 - Préserver les articulations et le dos en utilisant le matériel adapté
Les conseils de deux ergonomes

p. 26 - Des solutions simples pour un meilleur confort et une meilleure efficacité
Après un audit Elanco dans un élevage des Côtes-d’Armor

p. 28 - Un chariot élévateur de porcelets conçu par les éleveurs
Chez Anne et Jean-Luc Faucheux dans le Morbihan

p. 30 - Un système permettant de vacciner avec le pied et un injecteur intradermique
Deux solutions proposées par MSD santé animale

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui