Réussir porc 15 décembre 2016 à 08h00 | Par Claudine Gérard

Eurotier s’affirme comme le plus grand salon mondial de l’élevage

L’édition 2016 d'Eurotier qui s’est tenue à Hanovre, en Allemagne, du 15 au 18 novembre 2016, a confirmé que le salon est l’événement incontournable pour exposants et clients du monde entier.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Eurotier, le salon où tout est « sehr gross… » : les distances entre les halls, les surfaces couvertes, les allées, les stands… et une ambiance très professionnelle qu’on ne retrouve sur aucun autre salon à ce niveau.
Eurotier, le salon où tout est « sehr gross… » : les distances entre les halls, les surfaces couvertes, les allées, les stands… et une ambiance très professionnelle qu’on ne retrouve sur aucun autre salon à ce niveau. - © Eurotier

Avec 2629 exposants répartis dans 18 halls pour une surface totale de 240 000 m2 couverts, le salon Eurotier qui se tient tous les deux ans à Hanovre a confirmé sa suprématie parmi tous les salons consacrés aux productions animales dans le monde. L’événement n’usurpe pas sa signature : « The world’s leading trade fair for animal production ».

Incontestablement, le salon revêt cette dimension mondiale puisque les organisateurs dénombrent 1134 exposants allemands et 1495 étrangers. Sur 2629 exposants, 1495 étaient étrangers. Les Français y étaient bien présents, se plaçant au troisième rang des participants étrangers, avec 152 exposants, derrière les Pays-Bas (237 exposants) et la Chine (180 exposants). Unanimement, ces exposants justifient le fait d’être présent. Louis Kernaleguen, en charge du développement international au sein de la nouvelle structure Axiom (rapprochement Gène + et ADN) confirme : « notre présence ici n’est pas nécessaire, elle est indispensable ! Elle est l’occasion idéale pour rencontrer les professionnels du monde entier, et particulièrement d’Europe de l’est et d’Asie ».

Des clients asiatiques particulièrement nombreux cette année, venus de Chine, de Corée, etc. Avec clairement l’objectif de nouer des partenariats, rechercher des produits dans tous les domaines – bâtiments, équipements, nutrition, santé – pour assurer le développement considérable de leurs productions animales.

Selon les organisateurs du salon, 163 000 visiteurs, dont 36 000 étrangers, ont été recensés.
Selon les organisateurs du salon, 163 000 visiteurs, dont 36 000 étrangers, ont été recensés. - © C. Gérard

Deux visions du monde

Ils ont sans doute tous pu y trouver une réponse à leurs attentes. Car les fournisseurs de l’élevage ne cessent de proposer des solutions, services, produits en constante évolution. Mais cohabitant avec cette offre de solutions « high-tech », conventionnelle, pour satisfaire ces marchés colossaux, les Allemands se distinguent aussi par leur capacité à proposer des solutions diamétralement opposées. L’objectif est de satisfaire une demande croissante de populations plus exigeantes en termes de bien-être animal et de protection de l’environnement, principalement en Europe du Nord. Se dessinent alors des conceptions de porcheries et de modes d’élevages que d’aucuns pourraient juger « rétrogrades ». Mais les Allemands s’en défendent, convaincus que la demande en viandes produites selon des concepts nouveaux et plus respectueux du confort de l’animal ira croissante (voir page 8). Voilà pourquoi on ne doit pas s’étonner de voir cohabiter au fil des allées des technologies toujours plus sophistiquées… avec des distributeurs de paille ou des maquettes de porcheries d’engraissement avec courettes extérieures. Eurotier, c’est aussi cela : tout le monde y est !

Le PiggyCheck a reçu une médaille d'or pour son aspect innovant.
Le PiggyCheck a reçu une médaille d'or pour son aspect innovant. - © C. Gérard

La tablette pèse les porcs

La seule médaille décernée par Eurotier pour l’innovation en porc a été attribuée à l’entreprise allemande Meier-Brakenberg pour son produit PiggyCheck. Il s’agit d’une application à télécharger sur une tablette munie d’une caméra 3 D (2 modèles a priori existants, Lenovo et Dell). L’éleveur positionne la tablette au-dessus du porc à « peser ». À partir des dimensions de l’animal, l’application calcule son poids. L’application est aujourd’hui validée dans une gamme de poids de 100 à 130 kg. Mais sa précision reste de 5 %, ce qui est insuffisant pour la commercialiser. L’entreprise travaille donc pour améliorer cette précision et annonce une version commercialisable dans environ six mois. La tablette coûte environ 900 € selon Meier, et l’application sera facturée 50 € par mois, sans engagement de durée.

- © C. Gérard

Les Chinois, rois des additifs et antibiotiques ?

Présents dans toutes les productions animales, les exposants chinois ont surtout proposé des additifs de toutes sortes… et des antibiotiques, dont certains comme la bacitracine zinc interdits en Europe… Preuve que ces exposants chinois sont à Hanovre pour s’adresser au monde entier et pas seulement à l’Europe !

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui