Réussir porc 09 décembre 2015 à 08h00 | Par Claudine Gérard

Évolution sans révolution au Marché du porc breton

Après la modification de la convention qui régit le fonctionnement du MPB, les enchères ont repris entre vendeurs et acheteurs, sans Bigard.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le marché du jeudi se déroulera toujours à Plérin tandis que  celui du lundi sera effectué à distance.
Le marché du jeudi se déroulera toujours à Plérin tandis que celui du lundi sera effectué à distance. - © C. Gérard

La cotation a repris à Plérin le 26 novembre après que tous les opérateurs, à l'exception de Bigard, aient signé la nouvelle convention. Suspendue depuis la dernière séance du 8 octobre, la séance a démarré sur un prix de base de 1,09 EUR/kg, calculé à partir de la moyenne des prix payés par les abattoirs la semaine précédente. Elle s'est clôturée sur une cotation moyenne de 1,07 EUR/kg.

Un seul tour d'enchères au lieu de deux

La convention de marché a donc été revue sur quelques points plus ou moins importants. En premier lieu, les ventes se font à présent en un seul tour au lieu de deux. « Ce qui va donner une nouvelle dynamique, et rendre le marché plus actif », commente François Pot, président du MPB. Autre changement, le nom de l'acheteur pour chaque lot n'est plus affiché « afin d'éviter les crispations et focaliser sur des entreprises qui tirent les prix vers le bas ». De même, le prix moyen de la séance ne sera plus diffusé après chaque marché. Il faudra donc se rendre à Plérin pour en avoir connaissance... Ou appeler un des vendeurs ou acheteurs pour en connaître le montant.

Le marché reste basé sur deux séances par semaine, mais celle du lundi se fera à distance. « Nous avions envisagé cette possibilité depuis longtemps. Elle est aujourd'hui effective », précise Bernard Chrétien, administrateur. D'ailleurs, c'est bien toujours le marché du jeudi qui reste le plus important, avec 80 % des porcs de la semaine présentés. Les responsables du MPB justifient le maintien du marché du lundi par la possibilité qu'il offre en cas de cotation « non appropriée » du jeudi qui précède.

D'un point de vue plus technique, la barre de retrait, à savoir le niveau de prix que les abatteurs fixaient avant le début de la séance, niveau au-dessous duquel ils s'engageaient à ne pas descendre, est supprimée. Les cotations peuvent donc « librement » fluctuer autour du prix de bas affiché en début de séance, avec une amplitude de plus ou moins six centimes en une semaine. Quant aux invendus, ils resteront réaffectés aux acheteurs en fonction de leurs achats et des quotas qui leur ont été alloués. Des quotas qui ont fait l'objet de discussions et ont pesé dans les négociations autour de la convention. Chaque abattoir a renégocié des niveaux de quotas - à la baisse évidemment -, ce qui explique qu'au final, le nombre de porcs présentés au MPB est en baisse significative : 25 000 porcs seulement pour cette séance du 26 novembre, alors que, traditionnellement, le marché absorbait environ 50 000 porcs par semaine, dont la grande majorité le jeudi. Les abatteurs rencontrés à Plérin jugeaient la reprise du marché positivement, estimant qu'il avait retrouvé le sens de la confrontation entre l'offre et la demande.

Les semaines à venir confirmeront - ou non - la pertinence de cette nouvelle convention du marché que le MPB promet de mettre à disposition de tous sur son site internet dès que possible.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui