Réussir porc 16 mai 2011 à 14h25 | Par D.Poilvet

Expérimentations des Chambres d'agriculture - Guernevez confirme l'intérêt du raclage en V

La station de Guernevez teste depuis quatre ans le raclage en V en engraissement. Les travaux réalisés font désormais référence en termes de performances techniques, d’émissions gazeuses et de valorisation des effluents.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le coproduit solide poussé par le racleur installé à Guernevez sort autour de 30 % de matière sèche. Il est facilement compostable, à condition d’y ajouter 2 % de paille.
Le coproduit solide poussé par le racleur installé à Guernevez sort autour de 30 % de matière sèche. Il est facilement compostable, à condition d’y ajouter 2 % de paille. - © dp

Comme tous les autres procédés testés à la station de Guernevez, le raclage en V avait amélioré les résultats zootechniques de manière spectaculaire sur le premier lot de porcs charcutiers. « C’est toujours le cas quel que soit le bâtiment ou la technique testés, mais souvent les résultats se dégradent sur les lots suivants », confie Brigitte Landrain, responsable du pôle porc des chambres d’agriculture de Bretagne. Pour le raclage en V, ce ne fut pas le cas. Les résultats nettement positifs, publiés aux Journées de la Recherche Porcine de 2010 ont porté sur cinq lots consécutifs. En comparaison avec un bâtiment sur lisier, le gain de croissance s’est maintenu à plus de 50 grammes par jour, grâce à un gain d’indice de 0,1 point et une pression sanitaire limitée, notamment sur le système respiratoire. Le raclage en V maintient aussi des niveaux d’émission d’ammoniac très bas, même en fin d’engraissement, ce qui n’est pas le cas avec les autres procédés d’évacuation rapide de lisier testés à Guernevez (gisoir drainant et fond de fosse ondulés notamment). « Cette stabilité s’explique par la séparation précoce des urines des fèces », constate Brigitte Landrain.


La fraction solide poussée par le racleur atteint un taux de matière sèche de 29 %, un niveau proche de celui obtenu par les centrifugeuses. « Nous captons jusqu’à 55 %de l’azote, et 90 % du phosphore. Le raclage constitue donc une solution intéressante pour la résorption d’azote, mais aussi du phosphore », souligne Bertrand Le Bris, le respon- sable des stations d’expérimentation. Le raclage en V pour- rait donc constituer une réponse au durcissement de la réglementation sur les plans d’épandage, sur les apports de phosphore notamment.


Mais pour pouvoir être exportée, cette fraction solide doit être compostée. « L’objectif est de la sécher et de lui donner une texture qui améliore son épandabilité », précise Bertrand Le Bris. Selon les essais réalisés à Guernevez, il suffit d’incorporer 2 % de paille pour que le processus de compostage se fasse correctement. « Les températures des tas ont rapidement atteint 50 à 70 °C, valeurs suffisantes pour hygiéniser le mélange. » Le taux de matières sèches est passé de 26,7 % pour la fraction solide en sortie de porcherie, à 58 % en fin de matura- tion. Le produit final est également riche en azote total et en P2O5. « Nous sommes largement dans les valeurs qui permettent la classification du produit final en engrais organique », conclut Bertrand Le Bris.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui