Réussir porc 24 octobre 2013 à 08h00 | Par Dominique Poilvet

L’Ifip imagine le bâtiment à énergie positive

Le bâtiment de demain devra consommer moins d’énergie, et, pourquoi pas, en produire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les niches à porcelet installées 
en post-sevrage peuvent abaisser 
la consommation d’électricité pour 
le chauffage à moins de 1 kWh par porcelet, contre 10 kWh en moyenne.
Les niches à porcelet installées en post-sevrage peuvent abaisser la consommation d’électricité pour le chauffage à moins de 1 kWh par porcelet, contre 10 kWh en moyenne. - © D. Poilvet

« Aujourd’hui, l’énergie coûte 80 euros par truie et par an, soit quatre centimes par kilo de carcasse. Ce coût peut être réduit par des équipements ou des conceptions de bâtiment économes », soulignait Michel Marcon, ingénieur bâtiment à l’Ifip, lors de la matinale organisée par l’institut du porc le 11 septembre dernier au Space. Un impératif pour ne pas pénaliser le coût de production, d’autant plus que la suppression des tarifs EJP programmée pour 2015 devrait augmenter de 20 % le prix de l’électricité. Pour obtenir un label BEBC (Bâtiment d’élevage à basse consommation d’énergie), il faut se situer sous des seuils de consommation inférieurs de 40 à 50 % aux références moyennes actuellement constatées en élevage. « Ces seuils peuvent être atteints à des coûts acceptables et avec des équipements rapidement amortissables », affirme l’Ifip.

Michel Marcon, Ifip : « Les seuils de consommation pour obtenir un BEBC peuvent être atteints à des coûts acceptables et avec des équipements rapidement amortissables. »
Michel Marcon, Ifip : « Les seuils de consommation pour obtenir un BEBC peuvent être atteints à des coûts acceptables et avec des équipements rapidement amortissables. » - © D. Poilvet

Toutes les solutions permettant de réduire les consommations d’énergie sont détaillées dans un document édité par l’Ifip. Elles concernent des pratiques d’élevage, comme le démarrage des lots en double densité ou la distribution des aliments. Elles ciblent bien sûr la conception du bâtiment, par le choix des matériaux (isolation thermique), des équipements (type de chauffage, de ventilation, niches à porcelets), ou encore de son implantation par rapport aux vents dominants et au soleil. Les échangeurs et des pompes à chaleurs permettent de récupérer les calories gratuites du lisier, de l’air sortant du bâtiment, ou du sol. Des solutions dont l’intérêt peut être augmenté quand elles améliorent les performances techniques, ce qui est souvent le cas.

L’Ifip a pour projet de modéliser le fonctionnement des élevages pour déterminer au cas par cas l’efficacité énergétique d’une technologie, et de prédire son impact sur les performances technico-économiques. « Par exemple, le chauffage des salles d’engraissement risque de ne pas être rentable en Bretagne, malgré une amélioration prévisible du sanitaire. En revanche, elle le sera plus facilement sous un climat continental de type Alsacien, plus froid en hiver », souligne Michel Marcon.
Dernière étape du bâtiment à énergie positive, la production d’énergie renouvelable : chauffe-eau solaire, photovoltaïque, chaudière à biomasse, ou méthanisation sont des moyens de produire de l’énergie « propre » et peuvent parfois dégager un excédent d’énergie. Mais leur rentabilité dépend encore trop souvent des aides des pouvoirs publics.

- © DR

Guide du bâtiment d’élevage à énergie positive (BEBC+) édition 2013

L’édition 2013 de ce guide élaboré par l’Ifip avec les chambres d’agriculture de Bretagne et des Pays de la Loire propose des pratiques d’élevage ou des technologies nouvelles ou récentes pour réduire les consommations d’énergie dans les bâtiments d’élevage de porcs, et des techniques de production d’énergie.
www. ifip.asso.fr ; ifip@ifip.asso.fr,
Tél. 01 58 39 39 56 - Prix : 15 € (+ 7 € frais de port).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui