Réussir porc 29 mars 2016 à 08h00 | Par Claudine Gérard

L’UFC-Que choisir dénonce l’insuffisance des mentions d’origine des viandes

Enquête sur 245 produits de consommation courante. 57% des produits contenant du porc ne mentionnent aucune origine de la viande. C’est le constat fait par UFC-Que choisir sur la base d’une enquête menée fin janvier en magasins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Infographie Réussir

Le porc se place en 2e position sur le podium des produits transformés ne mentionnant aucune origine. Avec plus de 50 % d’absence de cette mention, le porc se situe moins bien que le bœuf (30 % sans mention) mais mieux que le poulet, pour lequel 74 % des produits transformés ne mentionnent aucune origine de la viande.

C’est le bilan de l’enquête réalisée par l’organisation de consommateurs entre le 25 janvier et le 1er février dernier, sur un échantillon de 245 produits transformés « de consommation courante » à base de viande de boeuf, de poulet et de porc, de marques nationales et de MDD.

L’organisation fait le palmarès des « pires rayons ». Concernant le porc, ce sont les sandwichs au jambon qui obtiennent « la palme » avec 92 % d’absence de mention d’origine. Plus étonnant, les saucisses de Strasbourg arrivent en 2e position de ce classement des mauvais élèves avec 75 % de produits sans mention d’origine. UFC-Que choisir proteste contre les industriels qui se réfugieraient derrière la complexité d’un étiquetage d’origine, citant comme exemple ces saucisses de Strasbourg « qui ne contiennent que deux ingrédients principaux, la viande et le gras tous deux issus du porc. L’étiquetage y est plus rare (25 %) que pour des plats complets (38 %) dont les recettes sont bien plus complexes. » UFC-Que choisir réfute en outre l’argument d’un renchérissement des produits alimentaires du fait de la traçabilité, calculant que le surcoût ne serait que de + 0,7 %, « soit seulement 0,015 euro pour une barquette de lasagnes ! ».

- © Infographie Réussir

Bons points pour Intermarché et ses MDD

L’enquête a aussi permis de pointer les marques « qui ne sont pas toutes à la même enseigne ». Concernant les marques nationales, et en particulier les produits du porc, les meilleurs scores d’étiquetage reviennent à Bordeaux Chesnel (67 % de mention d’origine), Herta (50 %), tandis que Fleury Michon n’atteint que 33 % de mention d’origine. Quand aux marques distributeurs, (MDD), UFC-Que choisir accorde un « accessit à Intermarché pour ses 84 % de MDD étiquetées ». Les cartons rouges sont décernés à Casino et Leader Price, avec 0 % de mention d’origine de leurs produits sous MDD.

L’organisation de consommateur conclut son étude en « exhortant les parlementaires européens à voter largement en faveur de la traçabilité pour accroître la pression sur la Commission européenne , et exige de cette commission qu’elle adopte (enfin » une réglementation sur l’étiquetage obligatoire de l’origine nationale des produits transformés.

Fleury Michon promet un affichage de l'origine sur tous ses produits

Réaction rapide à la sortie du rapport d'UFC-Que choisir ou, comme l'annonce Régis Lebrun, directeur général du groupe Fleury Michon, l'aboutissement d'un travail engagé depuis plusieurs mois ? En tout état de cause, il affirmait au micro de France Info dès le 8 février être en mesure dans les prochaines semaines d'indiquer l'origine des matières premières sur tous les produits de la marque.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui