Réussir porc 26 octobre 2015 à 08h00 | Par Propos recueillis par Clio Randimbivololona/Agra Presse

« La filière porcine allemande, compétitive même avec le salaire minimum »

Premier conseiller en agriculture et alimentation de l’ambassade de la République fédérale d’Allemagne à Paris, Premier conseiller en agriculture et alimentation de l'ambassade d'Allemagne en France, Juergen Ohlhoff témoigne de l’état de la filière porcine de son pays.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Juergen Ohloff : "Subventionner le stockage privé ne ferait que déplacer les problèmes de marché."
Juergen Ohloff : "Subventionner le stockage privé ne ferait que déplacer les problèmes de marché." - © Juergen Ohloff

Comment le prix du porc est-il calculé en Allemagne ?

Les porcs sont vendus principalement à des négociants ou aux abattoirs. Il n’existe pas de marchés fixes institutionnalisés. Pour s’orienter, tous les acteurs du marché ont à leur disposition un prix indicatif des organisations de producteurs. Ce « prix d’orientation » est déterminé une fois par semaine par un groupe d’experts indépendants et vaut recommandation pour les sept jours suivants. Le prix de vente effectif peut varier par rapport à ce « prix d’orientation ». Les grands abattoirs ont une influence considérable lors de la négociation du prix effectif. Les trois plus grandes entreprises sont Tönnies, Vion et Westfleisch. Elles abattent 55 % des porcs en Allemagne. Dans une moindre mesure, les ventes s’effectuent aussi par le biais de bourses. La fédération des éleveurs de porcs allemands (ISN), par l’intermédiaire de sa filiale, gère une bourse en ligne de la viande porcine. Les porcs peuvent y être vendus aux enchères deux fois par semaine. Les cotes atteintes sont publiées pour les jours concernés. Parallèlement, le marché de l’ISN permet de vendre et d’acheter des porcs 24 h sur 24 h.

Comment se porte l’industrie de l’abattage et de la transformation ?

Les entreprises d’abattage et de transformation fonctionnent selon la loi de l’offre et de la demande. Le marché n’est pas régulé par l’État ou les institutions. Au cours des vingt dernières années, l’industrie de l’abattage et de la transformation a fait l’objet d’importantes transformations structurelles qui ont mené à l’apparition d’entreprises de grande taille, dotées d’installations modernes, caractérisées par un haut degré d’automatisation et tournées vers l’international. En matière d’élevage, d’importants investissements dans des bâtiments modernes et de grande capacité ont également été réalisés. La filière porcine allemande est ainsi restée très compétitive même après l’introduction du salaire minimum, qui s’élève actuellement à 8 euros dans le secteur de l’abattage et de la transformation et qui passera à 8,60 euros au 1er octobre 2015. Les travailleurs étrangers y sont aussi soumis.

Comment sont organisées les relations commerciales entre les grandes surfaces alimentaires et le reste de la filière ?

Elles relèvent du droit privé. Aucune régulation spécifique de l’État ne s’y applique. Le commerce de détail est dominé, comme en France, par un petit nombre de chaînes de grande distribution. En raison de leur taille, ces chaînes sont intéressées par des entreprises d’abattage et de transformation performantes capables de leur fournir une marchandise de qualité constante et en quantité suffisante. Les discounteurs tels qu’Aldi ou Lidl ont été les premiers à chercher à nouer des relations étroites avec l’industrie de la transformation. Depuis, d’autres chaînes de grande distribution ont suivi, ce qui a conduit à la naissance de très grandes entreprises d’abattage et de transformation. Les deux parties tirent bénéfice de ce partenariat, pas sans conflit, mais avec des liens réellement durables.

La PAC est-elle adaptée à la filière porcine ?

Les variations cycliques sur le marché de la viande porcine ne sont pas une nouveauté. À l’heure actuelle, ce marché se caractérise par une offre largement excédentaire. Des mesures de soutien aux exportations peuvent, dans une certaine mesure, aider à conquérir de nouveaux marchés. Mais il faut aussi que l’offre s’adapte à la demande, ce qui revient, le cas échéant, à la réduire afin de rééquilibrer le marché. Les mécanismes de régulation des marchés prévoyant la fixation de prix et de marges ne sont en l’occurrence pas efficaces car ils envoient des messages erronés aux producteurs et sont difficiles à mettre en pratique. Subventionner le stockage privé n’aiderait pas non plus dans la situation actuelle : cela ne ferait que déplacer les problèmes de marché. Car il s’agit d’un report dans le temps du problème de surproduction. Ainsi, nous estimons que d’autres mesures de la PAC pour la filière porcine ne sont ni nécessaires ni adaptées.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui