Réussir porc 15 juin 2015 à 08h00 | Par La rédaction

La réglementation sur l’origine de la viande US contestée de toutes parts

L’OMC et les voisins canadiens et mexicains condamnent le système de protection mis en place par les États-Unis et des rapports officiels pointent le coût excessif engendré face à de faibles retombées commerciales.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © DR

Depuis 2009, les États-Unis ont mis en place d’une réglementation sur l’étiquetage obligatoire de la viande appelée COOL, Country of Origin Label. Cette réglementation a fait l’objet de contestations de la part de l’Organisation du commerce dès 2009, puis des voisins mexicains et canadiens, fortement impactés par cette mesure qui a freiné les nombreux échanges qui existaient en porcs vivants ou en carcasse entre ces trois pays. L’OMC, considérant que certaines des dispositions de ce règlement constituaient une discrimination vis-à-vis de la production étrangère, avait sommé les États-Unis de se mettre en conformité avant mai 2013. Le pays avait alors modifié ses textes, afin que l’étiquetage précise distinctement les lieux de naissance, d’élevage et d’abattage. Mais l’OMC, pressée par le Mexique et le Canada a, à nouveau, contesté cette version en octobre 2014. Les États-Unis ont alors fait appel et le jugement doit aujourd’hui être confirmé.

Des surcoûts sans contrepartie

Mais il n’y a pas que l’OMC à condamner à ce jour le système COOL. Un rapport de l’USDA déplore que cette réglementation n’ait eu aucun impact sur la préférence nationale en termes d’approvisionnement en viande de porc, bœuf ou volaille. Et les coûts engendrés par cette lourde réglementation ne peuvent pas avoir de retours suffisants sur la consommation. Des universitaires du Kansas et du Missouri ont estimé les pertes liées à la mise en place de COOL depuis 2009 à 405 millions de dollars pour la seule première année (pour le secteur global de la viande).

L’USDA, département américain de l’agriculture, a récemment adressé une lettre aux leaders agricoles du Congrès pour proposer un étiquetage « générique » indiquant seulement une origine « Amérique du Nord » si l’animal est né, élevé et abattu aux États-Unis, au Mexique ou au Canada. Une solution qui pourrait satisfaire les deux voisins des États-Unis mais pas obligatoirement l’OMC. L’administration Obama a affirmé travailler avec les membres du Congrès pour trouver une solution législative. Mais beaucoup d’observateurs estiment que la loi pourrait tout simplement et assez rapidement être abrogée.

Sources : National Hog Farmer, Echo Porc, Agra Presse Hebdo.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui