Réussir porc 26 décembre 2006 à 14h31 | Par Dominique Poilvet

Main d´oeuvre - Le déficit de salariés pour 2007 en Bretagne préoccupe la filière porc

Selon une étude réalisée par la Chambre régionale d´agriculture de Bretagne, il faudra 178 nouveaux salariés en Bretagne en 2007 pour satisfaire la demande des élevages de porcs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Ce chiffre a été méthodiquement calculé sur la base des évolutions probables des structures des ateliers porcs (le nombre de créations nettes d´emplois augmente régulièrement), et en tenant compte du turn-over des salariés qui quittent la production ou partent à la retraite. L´étude précise le niveau de formation nécessaire de ces salariés : elle estime que la moitié des besoins correspond à des employés qualifiés de niveau III ou IV (BTSA ou Bac), c´est-à-dire des salariés qualifiés et autonomes, capables de gérer un élevage ou de remplacer l´éleveur en son absence. L´autre moitié correspond à des postes de salariés exécutants, moins autonomes, de niveau V (CAP-BEP) pour des tâches diversifiées comme le nettoyage des bâtiments, la castration, les vaccinations, voire le suivi de l´alimentation des porcs.
163 élèves formés/an
Pour répondre à ces besoins, le potentiel de personnes formées en Bretagne n´est que de 163 élèves par an. Parmi eux, 43 s´installeront, ce qui fait au final une « offre » pour le salariat de 120 élèves. Le déficit de recrutement est donc de 58 personnes. L´étude précise que ce déficit concerne essentiellement les salariés exécutants de niveau V (CAP-BEP), et qu´il pourrait être comblé par l´excédent de personnes formées en polyculture-élevage. C´est aussi pour ces travaux peu qualifiés que les éleveurs sont amenés à recruter des personnes non formées au métier, quitte à leur confier les tâches les moins spécialisées. C´est dans le Finistère que le déficit est le plus marqué. Ce département concentre près de la moitié des besoins en emplois de la région Bretagne. Cependant, ce constat doit être relativisé car dans les faits, un nombre significatif de jeunes finistériens se forment aussi dans les départements voisins.
Une question d´image
Dans son étude, la chambre d´agriculture ne met pas en cause les écoles d´agriculture : « Le dispositif de formation agricole breton tel qu´il est dimensionné aujourd´hui semble globalement adapté. » Elle note que ce sont les candidats pour remplir les sections qui font défaut. « Une désaffection liée à la mauvaise image chez les jeunes des formations professionnelles, moins valorisantes que les formations générales car trop souvent réservées aux élèves en situation d´échec scolaire. » L´étude rappelle également que « les discours médiatiques décrivent l´agriculture comme un secteur perpétuellement en crise et en déclin, responsable de la dégradation de l´environnement, alors que c´est un secteur qui se restructure et qui recrute ». La mauvaise image générale des métiers agricoles et la méconnaissance de la réalité de ces métiers, construite sur une vision passéiste de l´agriculture, est également pénalisante. « Enfin, l´insuffisance de moyens mis à la disposition des personnes d´origines urbaines et le manque de promotion de l´enseignement professionnel agricole ne jouent pas en faveur d´une revalorisation de ces formations. »
Développemer l´attractivité des métiers agricoles
Pour la chambre d´agriculture de Bretagne, la pérennité de l´activité agricole de la région est conditionnée par une main d´oeuvre disponible en quantité suffisante et avec des niveaux de qualification répondant aux attentes de la profession. « Ne pas agir pour satisfaire ces besoins, c´est prendre le risque de ne pas pouvoir valoriser le potentiel de production agricole de la région. L´action passe par le développement de l´attractivité des métiers agricoles, en agissant sur les déperditions d´actifs agricoles afin de limiter les départs de salariés, et en favorisant l´insertion dans le secteur à l´issue de la formation agricole », conclut-elle.
Source : Chambre régionale d´agriculture de Bretagne

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui