Réussir porc 22 janvier 2013 à 15h22 | Par D.Poilvet

Méthanisation et label rouge sur paille font bon ménage

Au Gaec Lamoureux à Noyal-sur-Vilaine (35). En complément de leur élevage de porcs fermiers label rouge sur paille, Daniel, Pierre et Monique Lamoureux ont investi dans un méthaniseur de 130 kWe.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © dp
Avec leur nouvelle installation de methanisation inauguree le 12 octobre dernier, Daniel, Pierre et Monique Lamoureux estiment avoir investi dans le complement ideal de leur exploitation. « Nous sommes trois associes et un salarie a exploiter un elevage de porcs fermiers label rouge de 150 truies, et 130 hectares de SAU, dont une partie est consacree a la production de cereales valorisees par les porcs », explique Daniel Lamoureux. Avec la proximite de la ville de Rennes, il etait hors de question d’agrandir leur atelier porc. « Il fallait donc creer une nouvelle activite generatrice de revenu pour conserver notre salarie. » L’idee d’investir dans la methanisation est venue lors d’un voyage en Allemagne. « Outre son aspect financier, cette activite complete idealement les activites d’elevage et de culture, en transformant l’azote organique du fumier des porcs en azote mineral, plus facile a gerer pour la fertilisation des plantes. » Utiliser des dechets « SPA3 » qui contiennent de la viande Les surfaces cultivables permettent aussi de produire des cultures derobees (avoine diploïde, seigle) destinees a approvi- sionner le methaniseur. « Le reste provient des industries agro-alimentaires du bassin rennais qui fournissent des graisses de station, et des collectivites locales avec leurs dechets verts. » Les eleveurs se sont egalement equipes d’un process d’hygienisation permettant d’utiliser des dechets « SPA3 », ceux qui contiennent de la viande. Ces dechets ne sont aptes a etre methanises que s’ils sont chauffes a 70 °C pendant une heure. « Cet hygienisateur utilise une partie de la chaleur produite par la cogeneration », souligne Daniel Lamoureux. Une chaleur encore insuffisamment exploitee, malgre le chauffage du bloc naissage et de la maison d’habitation. « Nous sommes en discussion avec une entreprise qui veut l’utiliser pour secher du bois de chauffage. Cette activite se faisant en ete, ce serait un complement ideal au chauffage. » Malgre un investissement global d’un million d’euros, dont 26 % est couvert par les subventions Ademe et PPE, la banque n’a pas hesite a financer le projet. « Le contrat passe avec EDF sur quinze ans, les garanties d’approvisionnement et les revenus apportes par la valorisation de la chaleur securisent l’activite », conclut Daniel Lamoureux.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui