Réussir porc 25 janvier 2007 à 17h22 | Par Claudine Gérard

Méthanisation - Les éleveurs allemands encouragés à produire de l´énergie renouvelable

Une politique tarifaire attractive et des primes spécifiques expliquent l´engouement des éleveurs allemands à investir dans la production d´énergies renouvelables. Explications de Carsten Brüggeman, de la chambre d´agriculture de Hanovre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Incitation du gouvernement
Invité à rencontrer un groupe de français en voyage d´études en Basse Saxe, Carsten Brügggeman, spécialiste des énergies renouvelables de la chambre régionale d´agriculture à Hanovre, a montré que l´investissement des éleveurs dans la production d´énergies renouvelables peut présenter des avantages, mais pose toutefois des questions.
La méthanisation est la principale source d´énergie renouvelable, actuellement en plein développement en Allemagne. Environ 600 installations fonctionnent aujourd´hui dans la seule région de Basse Saxe et des projets fleurissent encore. La raison principale est le niveau du tarif de reprise de l´électricité produite. Le prix de base est fixé entre 8,15 et 11,16 centimes d´euros par kwh selon la puissance de l´installation.
S´y ajoutent des bonus : deux centimes si le substrat est d´origine agricole-fumiers, lisiers, cultures... deux autres si l´installation parvient à valoriser la chaleur produite en plus de l´électricité (car il faut rappeler que la méthanisation produit aussi de la chaleur qui n´est pas forcément utilisable), et encore deux autres centimes si elle fait appel à des technologies nouvelles.

Soit 10 centimes de plus potentiellement à ajouter à un prix de base déjà très élevé par rapport au prix public de l´électricité (5 centimes environ), prix de base qui est aujourd´hui garanti pour 20 ans !
Pour autant, de tels investissements sont-ils toujours rentables ? Non, affirme le spécialiste. « Certains font faillite, d´autres font des bénéfices. Comme en élevage, tout dépend de la façon dont l´unité est exploitée, de ses performances et des hypothèses de départ qui ont été retenues pour en chiffrer le retour sur investissement. »
Cartsen Brüggeman déplore que, trop souvent, les calculs prévisionnels soient faits à partir de données bibliographiques, loin des réalités et il en chiffre l´impact. Par exemple, on peut lire parfois que les betteraves produisent 1200 l de gaz par kg de matière organique. Dans les faits, ce ne sont que 700 l. Or une différence de seulement 20 litres de gaz produit entraîne un résultat économique en baisse de 3500 ? pour une installation de 500 kWh.

Ne pas se tromper dans le calcul prévisionnel
Autre exemple, la teneur en méthane. La bibliographie affiche souvent des teneurs de 55 à 65 % de méthane dans le biogaz produit. En réalité, on constate des teneurs inférieures. Or une différence de 1 % de cette teneur en méthane du biogaz entraîne une différence de 4000 ? par an dans le résultat. De même, une variation de 1 % de la teneur en matière sèche du maïs à la récolte entraîne une variation de 7000 ? sur le résultat (dans les deux sens !).
Attention, donc, à ne pas se tromper dans le calcul prévisionnel. Attention aussi à trouver les bons substrats à fermenter, en quantité ! Car une unité de méthanisation est gourmande, en particulier en ensilage de maïs, considéré avec la pomme de terre, comme l´un des meilleurs substrats. Or une unité de 500 kWh, certes de taille conséquente, nécessite 10 000 tonnes d´ensilage de maïs, soit 200 ha environ !
Quant au lisier, il semble finalement peu intéressant, si ce n´est pour sa fraction liquide et ses bactéries qui favorisent une bonne fermentation.

A la question : « peut-on faire fonctionner une unité de méthanisation avec seulement du lisier ? » ; les avis divergent. Pour Carsten Brüggeman, la réponse est non. Il faut du carbone que le lisier n´apporte pas en quantité suffisante. Mais pour d´autres spécialistes interrogés, la réponse n´est pas si catégorique. Arno Meier, jeune commercial de la société Biogas Nord, affirme que des installations ne fonctionnant qu´avec du lisier existent, même si, le plus souvent, on y ajoute des fientes de volaille. Même débat sur une taille critique d´une station. Carsten Brüggeman affirme qu´en dessous de 500 kWh, une unité sera difficilement rentabilisée et que, compte tenu de l´investissement, des éleveurs peuvent s´associer dans un projet collectif. Alain Priser, de la société Weltrecht, n´est pas aussi affirmatif : « une station de 100 kWh peut être rentable si on peut optimiser les apports, par exemple avec des produits agroalimentaires tels que des huiles ou des graisses. Ce serait le cas plus au sud de l´Allemagne. Mais avec une base de maïs, il faut effectivement prévoir des installations plus importantes ».
On le comprend, la problématique de la méthanisation reste complexe. Carsten Brüggeman le souligne : « Il y a autant de stations que d´ingénieurs. Chacune est unique, et dans tous les cas, il s´agit d´un procédé complexe. Les éleveurs qui pensent qu´il suffira d´appuyer sur un bouton pour faire fonctionner l´unité et gagner de l´argent se trompent ! Avant d´investir, je conseillerais aux éleveurs de s´assurer d´un service de proximité... et d´aller au préalable faire du tourisme de biogaz ! ».
Prudence, donc, selon le spécialiste qui soulève un autre problème. Sachant que la Basse Saxe compte déjà 600 installations, que 600 projets sont à l´étude, que la région voit aussi se développer ses productions animales - 60 000 places d´engraissement prévues sous un an - le problème des surfaces agricoles et de leur devenir risque de se poser. Les fermiers allemands vont-ils devenir des fournisseurs d´énergie au détriment des denrées alimentaires ?
L´Allemagne compte aujourd´hui 4000 stations de méthanisation à la ferme de tailles diverses. Ici, une des plus importantes, en Basse-Saxe, chez un éleveur de porcs. ©C. Gérard

L´ensilage de maïs et le lisier de porc sont utilisés pour produire de la chaleur et de l´électricité. ©C. Gérard

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui