Réussir porc 30 octobre 2007 à 14h02 | Par Claudine Gérard

Modernisation et mise aux normes - Il faudrait investir près de trois milliards d´euros dans le parc bâtiment

L´Ifip a chiffré le montant nécessaire pour la modernisation et la mise aux normes des bâtiments porcs : entre 2,5 et 2,9 milliards d´euros seraient nécessaires pour remettre le parc en état, loger les truies en groupe, construire les places manquantes et rapatrier les places à façon.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Dire qu´un parc de bâtiment d´élevage en bon état, avec le nombre de places suffisantes, est un gage de compétitivité des éleveurs français tombe sous le sens. Chiffrer le besoin d´investissement national est en revanche bien plus compliqué. L´Ifip s´est toutefois attelé à la tâche et conclut à un besoin compris entre 2,5 et 2,9 milliards pour la filière française. La modernisation des bâtiments - hors mise aux normes des blocs saillie gestante et rapatriement des places de façonnage - représente à elle seule plus de la moitié des besoins d´investissement, soit 1,7 milliards d´euros. L´Ifip calcule que la majorité de ces besoins se répartit de façon assez équilibrée entre ceux qui concernent les maternités, les post-sevrages et les engraissements. Christine Roguet, ingénieur Ifip, qui a présenté ces résultats au cours du Space(1), précise que cette somme correspond aux besoins pour rénover ou construire à neuf selon l´état des bâtiments, et construire les places manquantes. Elle s´est basée sur un état des lieux réalisé en 2006. « La bonne nouvelle, c´est que, malgré l´arrêt du développement de la production porcine, les éleveurs ont continué de construire, s´adapter. ».
« Pour preuve, 20 à 25 % des places de porcs ont aujourd´hui moins de 10 ans. » La mauvaise nouvelle, en revanche, c´est que beaucoup de places ont aussi plus de 25 ans ! : 21 % des places d´engraissement, 26 % des places de maternité et 27 % des places de verraterie gestante. Autre souci, une partie du parc de bâtiment n´a pas évolué avec les performances, d´où un manque de places chiffré par l´Ifip à 30 % de places de PS, 17 % de places d´engraissement. Au total, construire ces places aurait un coût de 96 millions d´euros. Auxquels Christine Roguet ajoute les frais liés aux places d´engraissement en façonnage. Moderniser ces places sur le site du façonnage ne coûterait « que » 99 millions, tandis que les construire à neuf sur le site du naissage serait quatre fois plus cher (406 millions).
Enfin, la mise aux normes des places de saillie-gestation avec les truies en groupe va engendrer une dépense globale de 666 millions d´euros. Aujourd´hui, 79 % des places de gestantes se trouvent dans des élevages possédant uniquement des places individuelles qu´il faudra réaménager complètement.
Depuis dix ans, les investissements dans les bâtiments ont été divisés par deux. ©Réussir

Des investissements devenus plus faibles et moins productifs
« Pour assurer la compétitivité des outils, il faudrait que les investissements reprennent », conclut Christine Roguet. Oui, mais il faudrait inverser la tendance alors que, chacun le sait, le niveau d´investissement a une forte composante conjoncturelle. Or elle montre que, d´une part, les investissements sont en baisse depuis dix ans, et d´autre part, ils sont de moins en moins productifs. S´ils étaient de 450 euros par truie et par an entre 1988 et 1992, ils sont tombés à 220 euros par truie par an ces dix dernières années. D´autre part, une partie croissante de ces investissements est « improductive » : rachats, mise aux normes. « ce qui augmente le retard d´investissement qu´accumulent les éleveurs ».



(1) Les rencontres de l´Ifip, Space

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui