Réussir porc 12 juin 2015 à 08h00 | Par Dominique Poilvet

Prix et marges 2014 : l'aval reconstitue ses marges, pas les producteurs

En 2014, l’agriculture a subi globalement un recul de 5 % de ses prix par rapport à 2013. La grande distribution a subi une baisse de ses prix de vente de seulement 0,7 %. Le jambon cuit constitue un bon exemple de cette tendance.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Selon l'observatoire des prix et des marges, la baisse généralisée des prix, qui se résume à une désinflation coûteuse pour tous les maillons de la filière, a essentiellement profité au consommateur.
Selon l'observatoire des prix et des marges, la baisse généralisée des prix, qui se résume à une désinflation coûteuse pour tous les maillons de la filière, a essentiellement profité au consommateur. - © D. Poilvet

« Il n’y a ni vainqueur, ni vaincu mais des blessés partout », aurait dit à Philippe Chalmin, président de l’Observatoire des prix et des marges, un membre de ce comité à propos de l’année 2014. En cause, la situation économique générale qui se résume à une désinflation coûteuse. Mais si tout le monde est blessé, c’est plus ou moins grave selon le maillon. Les prix à la production ont nettement plus baissé que les prix au détail. C’est notamment le cas des produits carnés, dont la baisse du prix à la production s’est située entre 6 et 8 %, tandis que les prix au détail ont légèrement augmenté (moins de 1 %).

« Cette progression a permis de redresser les marges des grandes surfaces », constate Philippe Chalmin. Le jambon cuit constitue un bon exemple de cette tendance. En 2014, son prix au détail a légèrement augmenté en moyenne par rapport à 2013 (10,93 à 11,05 €). Mais, à la production, l’équivalent du prix au kilo a baissé de 3,70 euros à 3,46 euros. La marge de l’abattage-découpe a légèrement augmenté (0,72 à 0,87 €), celle des charcutiers-salaisonniers aussi (1,76 à 1,82 €). Et surtout la marge brute des GMS a progressé de 4,17 à 4,32 €. « Attention, met en garde Philippe Chalmin. Il s’agit de la marge brute, qui sert notamment à payer des services et les salariés, et non de bénéfices."

Cette faiblesse des prix à la production est devenue un problème récurrent depuis 2007, année de la première flambée des prix d’aliment. L’observatoire des prix et des marges a comparé le prix perçu par les producteurs de porc à celui qui aurait permis le maintien de la marge sur coût alimentaire à un niveau de référence (moyenne des années 2002-2004), majoré de l’inflation. « Depuis 2007, les prix sont fréquemment inférieurs à ceux qui permettraient le maintien de la marge sur aliments à son niveau de référence », constate Philippe Chalmin (voir infographie). « L’écart négatif est en moyenne de - 15 % du prix de référence. »

Les coûts de production ne sont pas couverts

Pour les chambres d’agriculture, ces résultats confirment que « les coûts de production des agriculteurs, lorsqu’on y inclut la rémunération de la main-d’œuvre familiale, ne sont pas couverts par les prix », et que « la baisse des prix agricoles n’est pas proportionnellement répercutée dans les prix que payent les consommateurs ». De leur côté, les coopératives se disent confortées dans leur stratégie. « Il est temps de sortir de la seule approche par les prix et de proposer une offre alimentaire mieux segmentée et différenciée, réellement créatrice de valeur », affirme Coop de France. De son côté, la grande distribution se défend. Pour la Fédération du commerce et de la distribution (FCD), la troisième édition de l’observatoire des prix et des marges « démontre pour la troisième année consécutive la faiblesse des marges nettes des rayons de la distribution ». Elle note que la moyenne des marges nettes des rayons étudiés est de 1,1 %, en baisse continue depuis trois ans. « L’augmentation des prix des matières premières entre 2011 et 2013 n’a pas été totalement répercutée dans le prix de vente des consommateurs », affirme-t-elle. De fait, selon Philippe Chalmin, le seul vainqueur de ces relations tendues au sein des filières, c’est le consommateur. « Mais il ne le sait pas ! », conclut-il.

- © Infographie Réussir

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui