Réussir porc 21 août 2007 à 17h34 | Par Dominique Poilvet

Rentabilité des élevages - « Le coût de production n´est pas le seul indicateur économique important »

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Hervé Andrieux analyse depuis 17 ans la santé technico-économique des élevages adhérents au groupement Arca, au travers des GTE et tableaux de bord. Son expérience l´incite à regarder au-delà du simple coût de production qui, selon lui, ne donne qu´une vision incomplète de la rentabilité de l´élevage. Pour lui, la capacité de l´outil à créer de la marge nette et son maintien en bon état doivent aussi être pris en compte.
Hervé Andrieux, Arca. « Certains élevages sont plus rentables que d´autres malgré leur coût de production plus élevé, grâce à une meilleure productivité. » ©D. Poilvet

Le nombre de kilos produits est primordial
« La marge est, certes, une affaire de coût, mais elle est aussi déterminée par les recettes !, rappelle-t-il. Par exemple, parmi les autres critères technico-économiques, le nombre de kilos de carcasse produits est essentiel. Il tient autant de place que le coût de production dans le calcul de la marge nette et contribue fortement à la capacité de l´atelier à améliorer sa trésorerie. Et c´est ce dernier objectif qui compte avant tout pour l´éleveur. » Hervé Andrieux prend l´exemple de deux élevages identiques de 150 truies, dont le coût de production (1,15 ?/kg) et le prix de vente (1,25 ?/kg) sont identiques. Mais l´un produit 1700 kilos de carcasses par an, et l´autre 1900 kg. « Ces 200 kilos supplémentaires améliorent le résultat net annuel de 3000 euros ! Ce critère essentiel explique même pourquoi certains élevages sont plus rentables que d´autres alors qu´ils ont un coût de production plus élevé au kilo de carcasse. »
Mais dégager de la trésorerie, notamment en période de cours élevés, ne suffit pas pour assurer la bonne marche de l´exploitation. Encore faut-il bien la gérer de manière à maintenir la productivité de l´outil à un niveau élevé, et de ne pas l´employer à des investissements superflus. « Un bon investissement doit être rentable ou indispensable, et doit être réalisé au bon moment, c´est-à-dire en fonction des besoins de la structure, indépendamment de la conjoncture », souligne le technicien. Même si la rentabilité ne se mesure pas toujours en kilos supplémentaires produits, « notamment dès qu´on parle d´environnement, ou bien des conditions de travail, qui sont pourtant des investissements essentiels », rappelle-t-il. Des investissements improductifs, qui pénalisent le coût de production, mais qui sont cependant indispensables pour assurer la pérennité de l´exploitation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui