Réussir porc 29 janvier 2016 à 08h00 | Par Claudine Gérard

Système U se déclare solidaire des éleveurs

Invité par Garun-Paysanne, à l'occasion de l'assemblée générale de la coopérative bretonne (1), Serge Papin, PDG de Système U, s'est exprimé sur « la création de valeur » et les moyens de sortir de la crise.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« Racontez une histoire autour de vos produits. Le porc breton de qualité a du sens, faites le savoir, allez chercher de la valeur (...)"
« Racontez une histoire autour de vos produits. Le porc breton de qualité a du sens, faites le savoir, allez chercher de la valeur (...)" - © C. Gérard

La distribution connaît, elle aussi, des difficultés. C'est le message qu'a voulu faire passer Serge Papin, PDG de Système U. L'entreprise est en effet structurée en coopérative, les enseignes étant adhérentes. « Il y a des analogies avec votre production. Nous sommes dans une guerre des prix, dans un univers de dérèglements. Nous, commerçants, devons affronter aujourd’hui des adversaires comme Amazon ! » Pour lui, le court terme exige une régulation, « car le maillon de la production restera toujours la variable d’ajustement ».

Une cagnotte à redistribuer ?

Il suggère une contractualisation avec la production « au moment des négociations », mais aussi un « cagnottage ». Ce mot, récemment inscrit dans les débats, fait allusion à des « contributions des enseignes pour pallier en partie la faiblesse des cours ». Bref, une « cagnotte » qu’elles constitueraient en vue de la redistribuer aux producteurs. On découvre qu’un tel système a été admis par l’ensemble des enseignes début août 2015. « Nous étions tous d’accord !, lance-t-il. Puis le marché a volé en éclat, et les bonnes intentions aussi. Et il faudra à nouveau nous entendre tous. Nous, nous continuons, mais nous sommes les seuls ! », témoigne Serge Papin qui précise qu’à ce jour, ce sont 400 000 € ainsi « mis de côté » par l’enseigne U en vue de les redistribuer aux producteurs. Comment ? Sur quelles bases ? « Aucune idée à ce jour, il va falloir en discuter avec vous ! » Mais très vite il pointe la difficulté de trouver, au sein de la profession « un » interlocuteur. « Vous êtes quand même nombreux à intervenir. Il faudrait un guichet unique ! »

Savoir vendre une qualité

Enfin, autre message délivré par Serge Papin : « Racontez une histoire autour de vos produits. Le porc breton de qualité a du sens, faites le savoir, allez chercher de la valeur, car le consommateur est prêt à payer plus cher un signe de qualité ! » Une idée qu’il a mis en place avec le groupe Terrena et sous la marque U « Porc Nouvelle Agriculture ». Et, pour finir, il suggère la possibilité d’établir deux prix pour le porc : l’un pour le marché intérieur, avec des produits différenciés. L’autre pour aller braver nos concurrents sur le marché mondial.

(1) le 4 décembre 2015, à Hénansal, dans les Côtes-d'Armor. Serge Papin a répondu à l'invitation de Jean-Luc Cade, président de Garun-Paysanne, et Jean-Michel Adenot, directeur de l'entreprise coopérative.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui