Réussir porc 19 juin 2003 à 16h04 | Par Dominique Poilvet

Une approche Tromelin Nutrition - Les aliments haute énergie améliorent les coûts de production

L´amélioration des croissances par le biais des aliments haute énergie augmente le nombre de kilos produits par place d´engraissement. Une voie que privilégie le fabricant d´aliment finistérien Tromelin nutrition (1).

Abonnez-vous Réagir Imprimer

« Aujourd´hui, tous les centres de gestion s´accordent à dire que le nombre de kilos de viande produits par truie est un critère essentiel pour la bonne rentabilité de l´élevage », souligne Gérard Grall, chef de marché porcs chez Tromelin nutrition. Le fabricant finistérien en a fait son cheval de bataille, en proposant à ses clients une gamme d´aliments charcutiers haute énergie qui propulse les croissances à un niveau difficilement accessible avec des aliments dits « standards », et permet une augmentation du nombre de kilos produits par place d´engraissement. « Avec l´accroissement de la prolificité et l´impossibilité de construire de nouveaux bâtiments, beaucoup d´éleveurs sont confrontés au manque de place en engraissement », constate le technicien.

« Et l´alourdissement nécessaire des carcasses pour maintenir un taux de porcs élevé dans la gamme n´a rien arrangé. Aujourd´hui, les aliments haute énergie nous permettent de produire des porcs plus lourds en moins de temps. Pour certains éleveurs, cela leur évite d´avoir recours à de l´engraissement extérieur. Pour d´autres, cela répond à un besoin de disposer de plus de temps pour réaliser un vide sanitaire digne de ce nom, et d´atteindre leurs objectifs de poids à l´abattage ».
©D. Poilvet


Plus de kilos produits
« Dès qu´on utilise un aliment haute énergie en engraissement, la croissance décolle, l´éleveur peut produire des carcasses plus lourdes et améliorer sa marge brute », constate, chiffres en main, Christophe Colin, technico-commercial Tromelin nutrition. Pour sa démonstration, il a repris les résultats d´un éleveur qui utilise le Muscly 400, un aliment à 2700 kcal d´énergie nette, sans doute un aliment charcutier parmi les plus énergétiques actuellement sur le marché. Le GMQ obtenu en engraissement atteint 900 grammes par jour. « Si on simule l´utilisation d´un aliment standard en engraissement, les porcs perdent en croissance et le GMQ obtenu n´est que de 751 g/jour. A cause de cet écart important, et malgré un temps de présence supérieur de sept jours pris sur le vide sanitaire, le poids de vente possible n´est plus que de 107,5 kg ». Au final, cet atelier de 138 truies ne produirait plus que 2400 kg de kg vifs par truie contre 2605 kg avec l´aliment haute énergie.
Ce n´est pas pour autant que le coût du kilo de croît est laissé de côté.

« L´amélioration de l´indice de consommation compense intégralement le prix plus élevé de l´aliment », calcule Christophe Colin. Dans cet élevage, l´indice de consommation brut réalisé avec le Muscly 400 atteint 2,35 pour des porcs abattus à 116,7 kg. Le coût alimentaire en engraissement est de 0,484 euro/kg produit (3,17 F). « Si ce même éleveur utilise un aliment standard à 0,17 euro/kg, produisant un indice de consommation de 2,83 (résultat GTE du Finistère, tiers supérieur), son coût alimentaire en engraissement est de 0,481 euro/kg produit, soit sensiblement le même niveau qu´avec le Muscly 400 ». En prenant un prix de base de 1,07 euro/kg de carcasse, malheureusement plus d´actualité aujourd´hui, la différence d´excédent brut d´exploitation de cet élevage de 138 truies est de plus de 16 000 euros en faveur du Muscly 400. « Et cet écart s´accroît bien sûr avec des cours plus élevés puisqu´il est lié à des kilos produits supplémentaires », tient à préciser Christophe Colin.

La réaction des éleveurs qui utilisent les aliments haute énergie conforte les techniciens de Tromelin nutrition dans leur démarche. « Contrairement à ce qu´on peut penser, la crise n´agit pas en défaveur de ces aliments. Ils représentent actuellement 30 % des aliments charcutiers commercialisés par l´entreprise », affirme Gérard Grall. « De plus, Tromelin nutrition préconise les aliments haute énergie pour les charcutiers issus de lignées mâles à fort potentiel musculaire, une génétique de plus en plus utilisée actuellement ».

La fusion de la SA Tromelin et des aliments Morvan a abouti à la création de Tromelin nutrition, dont le siège est situé à Plounéventer dans le Finistère nord. L´équipe porc est constituée de cinq technico-commerciaux, encadrés par Gérard Grall et Bernard Terrom, responsable commercial. Dans la continuité des deux entreprises d´origine, la structure commercialise deux gammes d´aliment : celle fabriquée par Purina Nutrition (Carnoët) avec en particulier l´aliment charcutier Muscly 400, et la gamme « Aliments Morvan » élaborée à l´usine de Plounéventer. Au total, Tromelin nutrition a commercialisé 130 000 tonnes d´aliment en 2002, dont 70 % en porcs.
©D. Poilvet


« En engraissement, les produits des deux gammes sont complémentaires », affirme Bernard Terrom. Le Muscly 400 affiche une concentration énergétique de 2700 kcal d´énergie nette, 1,05 % de lysine en croissance et 0,99 % en finition. « Grâce à ces niveaux énergétiques élevés, dus notamment une teneur importante en matières grasses (9,5 %), l´indice technique 25-105 kg atteint 2,28 sur une moyenne réalisée à partir des résultats de 29 utilisateurs. Le GMQ se situe autour de 850 g/j »..
Le niveau d´énergie nette du Master Energie de la gamme Aliments Morvan est de 2500 kcal pour le croissance et 2 450 kcal pour le finition. « Les premiers résultats de terrain en élevage aboutissent à un indice de consommation 25-105 kg à 2,45 pour un GMQ de 821 g/j ».

Tromelin nutrition - tél : 02 98 20 80 07.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui