Réussir porc 24 septembre 2015 à 08h00 | Par Claudine Gérard

Une nouvelle station porcine de phénotypage au Rheu

Une nouvelle station de phénotypage portée par France génétique, l’Ifip et l’Inra, a été inaugurée en juin 2015. Les équipements devraient permettre d’avancer encore plus vite dans la sélection porcine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le bâtiment est implanté sur le site de l'ancienne station de contrôle du Rheu.
Le bâtiment est implanté sur le site de l'ancienne station de contrôle du Rheu. - © C. Gérard

Le bâtiment sorti de terre, sur un site appartenant à l’Inra, est composé essentiellement de 504 places de post-sevrage et 1008 places d’engraissement.

Il va remplacer les deux stations de contrôle du Rheu (Ille-et-Vilaine) et de Mauron (Morbihan), « vieillissantes et non adaptées aux enjeux de demain », selon les partenaires. Cet outil neuf recevra des animaux issus des organisations de sélection partenaires dans France Génétique Porc, à savoir ADN, Nucléus et Gène +. Sur ces animaux seront effectuées des mesures qui ne peuvent pas être réalisées dans les élevages de sélection existants. La station est en effet équipée de matériels d’alimentation et de pesée des porcs (Genstar d’Acemo) qui permettront de calculer en temps réel les indices de consommation, les cinétiques de croissance. Elle dispose aussi d’un scanner de type médical dont les applications sont nombreuses : qualité des viandes, composition des carcasses… « Ces mesures de caractères ne sont pas généralisables dans les élevages de sélection. Elles contribueront pour près de 25 % au progrès génétique obtenu dans les programmes de sélection », précisent les responsables. Elles permettront aussi d’acquérir de multiples références dans le cadre de programmes de sélection génomique et, plus généralement, participer à des recherches plus fondamentales.

- © Infographie Réussir

Un nouveau modèle économique pour la recherche

La station, fruit d’un montage original qui résulte d’un partenariat entre les organisations de France Génétique Porc, sera pilotée par l’Inra. « Il s’agit d’une réelle rupture dans les mécanismes de recherche qui existaient jusqu’alors », souligne Joël Bidanel, généticien à l’Ifip. L’investissement s’élève à 2,6 millions d’euros. Le financement est assuré par France Génétique Porc pour 74 % du montant. Il a reçu le soutien financier de France Agrimer (6 %) et des trois conseils régionaux de Bretagne, Pays de la Loire et Normandie, (20 %), « preuve que l’aspect collectif du projet correspond aussi à la volonté des régions du Grand Ouest de travailler ensemble ». Par ailleurs, les organisations de sélection porcine (OSP) se sont engagées à créer un fonds d’autofinancement pour faire vivre cet outil, à savoir environ 50 000 euros par an.

Les premiers animaux sont entrés dans la station le 21 juillet à l’âge de 21 jours. Ils en sortiront lorsqu’ils auront atteint le poids de 115 kg.

- © Infographie Réussir

Des choix techniques affirmés

La station répond à un cahier des charges précis défini par un groupe de travail composé d’ingénieurs des OSP, de l’Ifip et de l’Inra. Les efforts ont porté en particulier sur la réduction de l’impact environnemental, avec séparation de phase en engraissement, sur la gestion du risque sanitaire avec la filtration de l’air et sur des mesures fines des caractéristiques des animaux grâce au scanner RX de l’Ifip.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui