Réussir porc 23 octobre 2009 à 14h50 | Par D.Poilvet

Assainissement de la pyramide de sélection - Un élevage sous air filtré pour les verrats Piétrain ADN

Murielle et Fernand Kernéis ont maximisé la protection sanitaire de leur nouvel élevage de sélection, avec notamment un nouveau procédé de filtration antimicrobien en entrée d’air.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © dp

Situé au Conquet, à quelques centaines de mètres de la mer, exposé aux vents d’ouest provenant de l’océan Atlantique, l’élevage de Murielle et Fernand Kernéis est particulièrement protégé des contaminations aériennes. C’est l’une des raisons qui a poussé ADN et Pigalys à proposer aux éleveurs de le restructurer complètement pour devenir sélectionneurs et produire des verrats Piétrain ADN. L’OSP et le groupement Pigalys avaient organisé une porte ouverte le 19 juin dernier pour présenter l’élevage avant son peuplement. Initialement répartis sur deux sites, l’outil de production prévu pour 150 truies a été regroupé en un seul bloc, afin d’optimiser le coût de la reconstruction, limiter les déplacements des éleveurs et des animaux, et surtout de réaliser une ventilation centralisée commune à l’ensemble des salles. Cette ventilation est équipée aux entrées d’air d’un nouveau système de filtration antimicrobien réalisé par la société canadienne Noveko et commercialisée en France par Géosane (voir aussi Réussir Porcs avril 2009, page 40). « Un premier filtre retient les insectes et les plus grosses particules de poussière », décrit Hervé Nivolet, de la société Géosane. « Deux autres filtres sont imprégnés d’un produit antimicrobien dont l’efficacité est garantie deux ans. » Le nombre de panneaux de 1,22 x 0,71 m nécessaires doit assurer un débit maximum de 1 m/seconde. Il faut donc trois fois plus de surface qu’une entrée d’air classique dont la section se calcule sur la base d’une vitesse d’air de 3 m/s. « Cependant, l’investissement est pratiquement divisé par quatre par rapport à une filtration Hepa (1) utilisée jusqu’ici pour les élevages de porc », souligne Hervé Nivolet. Pour l’élevage Kernéis, il a fallu installer 58 filtres pour un coût total de 20 000 euros, soit environ 150 euros par truie. Le surcoût nécessaire pour adapter la charpente à ces filtres a été de 15 000 euros. En routine, ces panneaux sont facilement démontables pour être lavés. Il faut également prévoir de les changer au bout de deux ans. « Pour l’élevage Kernéis, le coût de l’entretien se monte à 3 000 euros par an », calcule Hervé Nivolet. « La filtration Noveko représente une plus value de 3 cts/kg du coût de production. Un surcoût largement récupérable par les gains techniques lié au meilleur état sanitaire, la limitation des dépenses de santé, et surtout, pour un sélectionneur, par l’assurance de conserver un troupeau de haute valeur génétique en bonne santé. »

(1) Filtre HEPA (High Efficiency Particulate Air Filter). La dénomination HEPA s’applique à tout dispositif capable de filtrer, en un passage, au moins 99,97 % des particules de diamètre supérieur ou égal à 0,3 μm.

Henri Le Gléau, président d'ADN

"Produire des verrats de haut statut sanitaire"

« La demande en semence de verrats Piétrain ADN n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Aujourd’hui, 70 % des truies de Pigalys sont inséminées avec de la semence de cette lignée. L’élevage de Murielle et Fernand Kernéis vient donc à point nommé pour compléter notre potentiel de production existant. Avec cet élevage, ADN dispose aujourd’hui de 400 truies Piétrain en production. 450 verrats Piétrain (races pures et verrats terminaux) sont placés dans les trois principaux CIA français (Cobiporc, Gènes Diffusion et Amélys). Par ailleurs, les équipements qui vont permettre à Murielle et Fernand Kernéis de produire des verrats de très haut statut sanitaires démontrent la volonté d’ADN de fournir des reproducteurs d’excellente qualité. Notre objectif est d’équiper rapidement 100 % de nos élevages de sélection avec des systèmes de filtration. Nos adhérents et clients nous demande des animaux parfaitement sains pour améliorer leurs performances. Ce statut élevé est indispensable notamment si on veut éradiquer un jour le SDRP de la région Bretagne, comme on l’a fait pour la maladie d’Aujeszky. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Réussir Porc se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui